Les vraies technologies de rupture de 2018

Photo credit: DigitalMajority on Visualhunt / CC BY-NC-SA

Chaque année depuis 2001, le Massachusetts Institute of Technology, plus connu sous  son sigle MIT, publie les dix innovations de rupture qui selon lui marqueront l’année en cours. Pour 2018, l’organisme de recherche met en particulier en avant l’intelligence artificielle (IA), et ce sous deux angles. Une IA qui deviendra de plus en plus accessible grâce au cloud. Elle ne sera plus réservée aux grands acteurs de l’IT tel Facebook, grâce à la puissance du cloud computing et à la mise à disposition de routines de deep learning. AWS, Microsoft et Google semblent pour l’instant les plus en avance, les deux premiers n’hésitant pas à mettre leurs ressources en commun pour développer des bibliothèques logicielles (libraries) pour créer des réseaux neuronaux.

Autre angle, plus technique, l’IA gagnera en autonomie grâce aux Generative adversarial networks (GAN). Pour le chercheur français Yann LeCun, en charge de l’activité IA chez Facebook et considéré comme « père » du machine learning, il s’agit de la plus grande avancée réalisée dans le domaine ces dix dernières années. Le principe est de mettre en compétition deux intelligences artificielles. La première agira classiquement par apprentissage, en générant des données artificielles à partir d’un jeu de données réelles. La seconde devra deviner si les données qui lui sont soumises sont des données réelles ou des données générées par la première IA. À force d’entraînements, cette dernière « comprend » qu’elle doit s’améliorer pour tromper la seconde. Les GANs ont été d’ores et déjà exploités par Nvidia pour créer des visages à partir de photos de stars du cinéma.  Continue reading “Les vraies technologies de rupture de 2018”

Le Port de Rotterdam en version numérique

Internet des objets (IoT) et Intelligence artificielle, des termes qui font le buzz actuellement, trouvent une application concrète au Port de Rotterdam (PoR). L’autorité portuaire a en effet fait appel à IBM pour optimiser l’entrée et la sortie des quelque 140 000 navires fréquentant le port chaque année. Pour cela, une version numérique du port a été créée, grâce à des capteurs installés à peu près partout : dans l’eau (pour mesurer le niveau de la mer et les courants), dans les airs (mesure du vent et de la température, indicateurs de visibilité), sur terre, en particulier sur les bouées et les quais d’accostage (pour indiquer la présence de bateaux). S’y ajoutent les prévisions météo de The Weather Company (société acquise par IBM en 2016). Toutes ces données sont regroupées dans un tableau de bord unique, reproduisant graphiquement le port. L’objectif est de déterminer les meilleurs horaires pour les mouvements de navire. A la clé, le PoR prévoit une réduction d’une heure de temps de présence des bateaux. Pour faciliter la maintenance des navires (remplacement d’une pièce par exemple), un atelier d’impression 3D a été créé. Bénéfice : le temps de remplacement d’une pièce passe de six à une semaine. Continue reading “Le Port de Rotterdam en version numérique”

AutoML, l’intelligence artificielle à la portée de presque tous

Lancé en version alpha, AutoML Vision est un service permettant aux développeurs de construire des algorithmes de reconnaissance d’images. AutoML avait été présenté en novembre dernier par des chercheurs de Google. AutoML est en fait un réseau de neurones généraliste, capable de créer des intelligences artificielles spécialisées, dont Vision est un exemple.

L’automne dernier, Google avait démontré que NASNet -l’application à l’origine d’AutoML Vision- s’était révélé plus efficace que n’importe quelle autre intelligence artificielle, sur les jeux d’images de tests bien connus que sont imageNet et Common Objects in COntext (COCO).

Dans la pratique, un développeur fournit à AutoML Vision une image avec des tags (une veste en cuir noir, par exemple), et l’IA crée un algorithme de reconnaissance de vestes. Le genre d’outils qui intéresse les sites de e-commerce, mais aussi le véhicule autonome. Selon Google, il faudrait compter environ une journée pour mettre au point une application prête à la production.

Continue reading “AutoML, l’intelligence artificielle à la portée de presque tous”

Le plein de processeurs pour l’intelligence artificielle

Si l’intelligence artificielle (IA) va bouleverser le développement logiciel, elle intéresse aussi au plus haut point les fabricants de processeurs. Le dernier en date à faire des annonces dans ce domaine n’est autre qu’Intel. Il a présenté fin octobre sa première puce dédiée à l’IA, dénommée  Nervana Neural Network Processor (Nervana NNP). Elle est en fait issue de travaux réalisés par la start-up Nervana, rachetée l’été dernier par Intel. Son processeur n’est pour l’heure fourni qu’à quelques partenaires, le premier d’entre eux étant Facebook qui participe au développement de la puce. Le réseau social s’intéresse sans surprise de près à l’IA et au deep learning, avec à sa tête l’expert français du domaine Yann Le Cun.

Techniquement, la puce Nervana NNP dispose d’une architecture mémoire novatrice, un nouveau format de données destiné à optimiser le calcul en parallèle et peut facilement fonctionner en grappe. Continue reading “Le plein de processeurs pour l’intelligence artificielle”