Le business piloté par logiciel

Sujet à la mode s’il en est – à juste titre cela dit – la transformation digitale des entreprises cache différentes réalités. Changer ses vieux téléphones pour mettre un système de communications unifiées est un premier pas. Mais d’autres voient déjà plus loin avec un nouveau modèle économique, la « software driven enterprise ». En clair, transformer le système d’information afin qu’il devienne un centre de profits en lieu et place d’un centre de coûts. Ce que résume ainsi Otto Berkes, directeur technique de CA Technologies, dans son livre « Digitally remastered : Building Software into your business DNA »  : « Jusqu’à présent, le rôle du logiciel était de soutenir le business. Désormais, sa mission est de le piloter ». Si la tendance est relativement récente, de grands acteurs ont franchi ce cap depuis longtemps. C’est ainsi que celle qui n’était qu’une librairie en ligne géante, Amazon, a su créer tout un business autour de son infrastructure informatique, en créant il y a 10 ans sa filiale AWS (Amazon Web Services), commercialisant stockage et puissance de calcul à la demande.

Plusieurs conditions sont nécessaires pour réussir cette transformation. La première est d’ouvrir son système d’information, ce qui techniquement passe par des API (Application programming interface). C’est grâce à ces API qu’il est par exemple possible de réserver en même temps que sa place de TGV son repas à bord et sa chambre d’hôtels. C’est aussi une nouvelle façon de mettre au point des applications que doivent adopter les entreprises, avec les méthodes Agile et Devops. A savoir, regrouper en une seule petite équipe les personnes en charge du développement, de la maintenance et production et les responsables métiers (marketing, CRM). Cette organisation horizontale est indispensable pour construire des applications fiables, sécurisées, et mises à jour en continu pour rester au plus prêt des souhaits de ses clients. Ces derniers réagissent en effet quasi instantanément à un bug, qu’ils utilisent une application sur leur iPhone ou depuis Facebook.

A la clef de cette mutation, les résultats sont tangibles. Selon une étude menée par Freeform Dynamics en Europe pour CA Technologies auprès d’entreprises réalisant 5 millions de dollars de chiffres d’affaires et plus, les sociétés qui remplissent au mieux ces conditions voient leur chiffres d’affaires et leur bénéfice progresser davantage que celles n’ayant pas mis en oeuvre ces processus. Sans surprise, ce sont dans les petites entreprises, là où les salariés des différentes business units sont plus proches, que ces méthodes connaissent le plus de succès. La bonne nouvelle est que la France se débrouille plutôt bien : toujours selon cette étude, l’Hexagone figure dans le peloton de tête des pays européens qui réussissent le mieux, que ce soit en matière de développement sécurisé, de qualité logicielle, ou de prise en compte des besoins clients. Reste un point que les entreprises ont du mal à surmonter : la transformation de leur organisation interne et le recrutement de nouveaux talents.

Tribune publiée sur  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *